La Grappa

Amitié Fraternité Grappa
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Orgie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pietro-luigi de treviso
Le Vénitien
avatar

Nombre de messages : 7425
Age : 46
Navyre : Une Tartane. Jamais la même.
Nationalité : Vénitienne.
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: L'Orgie.   Dim 24 Avr 2011 - 17:26

***

C'est alors que tout avait pris fin. Sur décision impérieuse ou sage du Grand Architecte, toutes les guerres de courses avaient cessé. Tous les corsaires n'avaient eu alors qu'à déposer leurs armes, trouver une autre occupation, ou dépérir dans les bas fond s'ils n'avaient pas pris soin préalablement d'investir auprès de leur confrérie dans une assurance perte d'emploi plafonnée et indexée sur le cour de la Piastre...

- « Désoeuvrement ! Désoeuvrement, mère de tous les vices ! » s'était écrié Don Almirando de la Cuerna Villerta Casal Duente, aumonier de la Mare Irae XVI, dernier navire du Vénitien.
- « Et bien soit, mon père », avait rétorqué Pietro-Luigi de Treviso, « que nous ne puissions plus faire de guerre, grand bien nous fasse... Nous ferons l'amour ! Par l'immoderate Imperium, non solum sed etiam... Amen.»

Puis ordre avait été donné par Letta, second du Vénitien, de mettre le cap sur ce domaine qu'ils avaient batti durant ces 7 années de combats... Un vaste ferme construite autour d'une grande villa centrale, souvent qualifiée de Domaine de Maracaïbo ou de L'Hacienda...

Le navire du Vénitien, Maré Irae XVI° du nom, s'était alors définitivement rangé sur l'emplacement numéro 1837 du port de Maracaïbo... Non loin des entrepots de l'Immoderate Imperium.. à côté de ceux des Passagers du Récif.

Treviso consigna soigneusement dans une malle ses effets de capitaine. Une plume, quelques rouleaux de parchemins, quelques estampes grivoises à l'effigie d'une certaine Drosera, son carnet de bord, le portrait de sa première épouse, décédée à Venise en ce début de siècle, celui de la Nina, sa seconde épouse, disparue aux bras d'un certain Cugel Atine, celui de son fils Arthuro...

Une galerie de portraits qui l'avait accompagné dans tous ses combats pour lui donner de la force.

Il s'attarda sur une pièce d'étoffe qui devait ressembler à une culotte légère de soie, la sentit et sourit... Il versa une larme sur ce coffret qui recèlait tous les pigeons échangés durant ses combats... Eclata de rire, devant l'un d'eux qui lui fit songer à son vieux frère, le Germain... et en songea à leurs prochaines retrouvailles...

Un seul portrait lui manquait. Celui de celle qui lui avait sauvé la vie. Et ce manque était si puissant qu'il ne pensait présentement plus qu'à la revoir.

Il soupira et plaça ainsi 7 années de sa vie dans une malle. Il se dit qu'un jour, peut-être, il aurait eu la force de brûler ces 7 années... Oui, il le savait, il finirait par les brûler ces 7 années... mais il devait vivre quelque chose de plus fort encore, avant de parvenir à cela...

Pour l'heure, sa dunette ayant été vidée, le Vénitien demanda à Letta et à deux hommes de main de les accompagner dans les cales...
- « Mon Seigneur, le très haut nous a gratifié d'une paix universelle. Aussi Seigneur Arengheil, vous n'êtes désormais plus mon prisonnier de guerre mais mon... mon hôte... »
Il fit signe à ses hommes de lui passer des menotes et de le faire sortir.
L'inquisiteur était pâle comme un homme qui venait de passer les trois derniers mois de sa vie dans les cales d'un navire Vénitien... mais il ne semblait pas en mauvaise santé.
« Ah... Vous serez désormais, Mon Seigneur, mon représentant direct auprès du Dieu des chrétiens... Alors je vous place sous bonne escorte... » Lança le Vénitien en souriant.
- « Messieur, traitez cet homme avec égard... et transférez le dans ses nouveaux quartiers... » Poursuivit-il.
- « Vous voulez parler de la cage, Vénitien ? » Demanda l'un des deux hommes.
- « La cage, en effet... ».

Il rassembla ensuite sur le pont tout son équipage. Il fit monter à bord 39 coffres.
« Messieurs, voici votre solde. Les coffres de l'Immoderate Imperium sont désormais vides. L'organisation est dissoute. J'ai décidé de partager à part égale ce qu'ils contenaient et de vous les distribuer. Le Grand Architecte veillera à ce que votre vie soit désormais conforme à vos espérances. Vous voici libre de tout engagement à l'égard de l'organisation. Vous voici Hommes Libres. Portez la parole de Dionysos où bon vous semblera. Ce fut un plaisir de servir à vos côtés. Le Vénitien vous aime. Que Dionysos bénisse vos os ! »
Puis ils descendirent tous à quai pour entamer le premier acte du reste de leur vie.

Mare Irae ne pris plus jamais la mer. Certain archéologue en trouvèrent la trace, en 1998, lors de fouilles dans le port historique de Maracaïbo...

_________________
Le vénitien vous aime.
___________________________________________________________
 study  2 bouteille  Par la Sainte Grappa, que Dionysos bénisse vos Os !2 bouteille  study 


Dernière édition par pietro-luigi de treviso le Lun 2 Mai 2011 - 4:17, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.treviz.net
pietro-luigi de treviso
Le Vénitien
avatar

Nombre de messages : 7425
Age : 46
Navyre : Une Tartane. Jamais la même.
Nationalité : Vénitienne.
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: Re: L'Orgie.   Dim 24 Avr 2011 - 17:37


Sur une colline aux abords de Maracaïbo, se préparait depuis quelques semaines un curieux rituel. De ces rituels que la sainte église catholique Romaine, apostilique de coeur, considérait comme des témoignages de pratiques diaboliques.

Quelques semaines avant son arrivée, le Vénitien avait demandé à ce que tout soit organisé au mieux.

On s'était donc affairé à trouver une cage, confortable et vaste, capable d'accueillir un animal d'une forte corpulence. On avait également pris soin à commander suffisamment de victuailles pour tenir un siège. Une quarantaines de vestales avaient été choisies parmi les donzelles de bonnes familles mais aussi de basse extraction, sans distinction social, comme l'exigeait la coutume de l'Immoderate Imperium.

Tout était fin prêt et enfin, le Vénitien était arrivé.

Il constata avec joie que tout allait pouvoir se dérouler comme prévu.

- Mon cher Letta, toi qui incarne l'esprit de ce siècle, je crois que tu va être ravi, ce soir !

Letta ne fit pas attention aux paroles de son Capitaine. Depuis le temps, il avait appris qu'il ne fallait pas tout prendre au pied de la lettre avec le Vénitien...

Treviso se retira dans ses appartements où il fit déposer le coffre de sa dunette. Fatigué, il s'assit sur le vaste lit et observa le coffre...

- Jeune homme ! Lança-t-il au dernier des deux serviteurs qui venaient d'apporter la malle...

Le jeune homme revint vers le Vénitien quelque peu fébrile et apeuré...

- N'aie pas peur, voyons... Viens plutôt t'asseoir ici, fit-il en tapotant les draps de soie de son vaste lit...

Le jeune homme s'assit...

- Ecoute... J'ai un service à te demander... Et si tu es d'accord, alors tu possèderas ce coffre... qui contient tous mes trésors...

- ça dépend quoi, Monsieur...

- Comme il est touchant ! S'écrita le Vénitien en riant. N'aie crainte, je ne vais point demander ton séant à sodomiser ! Non... je vais te demander de trouver une certaine Dame qui hante mon esprit... Une capitaine qui m'a sauvé la vie... Et tu vas la convier à nos bacchanales...

- Bien Monsieur, lança le jeune homme rassuré.

- Lucila Valiente... Trouves-là... Et convies-là à notre fête. Certain disent qu'elle est à Maracaïbo, en ce moment. Ah et donne-lui ce mot de ma part...

Le jeune homme prit le mot et sortit. En dévalant les escaliers de la chambre, il ne put s'empêcher de lire le mot...

Citation :

Madame,

J'ai l'honneur et le playsir de vous convier à une petite fête en l'honneur de la Paix et de l'Amour.
Sachez Ma Dame que je ferai tout pour que cette fête soit la vôtre.
Attention cependant, sachez qu'on ne gagne pas le playsir ni l'amour sans sacrifice.
Votre hymène ne résistera peut-être pas à cette nuit.
Mais croyez-moi, ma Dame, à jamais votre âme sera comblée.

Avec mon plus profond respect et ma plus grande admiration.

Capitaine Pietro-Luigi De Treviso.



Le vénitien semblait satisfait et redescendit dans le hall où la grappa commençait à couler à flots...

- Letta, où en est-on des invitations ?

- Mon cher Pietro, elles ont toute été adressées par moult pigeons, les Passagers du Récifs ont du les recevoir, les bougres, ainsi que tous les autres corsaires de vos amis ! La fête devrait pouvoir débuter ce soir dès minuit, comme le veut la tradition...

- Bien alors que l'on installe notre invité dans sa luxueuse cage... et que nos chères vestales s'occupent de lui comme il sied à un inquisiteur de son rang... Ah... Aussi... J'espère qu'Adam ne m'en voudra point d'avoir dilapidé les 40 canons de la confrérie en échange de victuailles... Cependant, je crois que j'aurai de quoi m'acquitter de ma dette auprès de lui...

_________________
Le vénitien vous aime.
___________________________________________________________
 study  2 bouteille  Par la Sainte Grappa, que Dionysos bénisse vos Os !2 bouteille  study 


Dernière édition par pietro-luigi de treviso le Sam 30 Avr 2011 - 1:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.treviz.net
pietro-luigi de treviso
Le Vénitien
avatar

Nombre de messages : 7425
Age : 46
Navyre : Une Tartane. Jamais la même.
Nationalité : Vénitienne.
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: Re: L'Orgie.   Dim 24 Avr 2011 - 20:40

Il était minuit et une musique rythmée mélangeant sonorités africaines, espagnoles et amérindiennes résonnait jusque dans les bas quartiers de Maracaïbo.

La cité de Maracaïbo n'était pas une cité de premier plan. Son implantation n'était pas encore l'enjeu de stratégies internationales comme ce serait le cas, au 20° siècle, avec la découverte d'important gisements pétroliers. Cette ville au nom d'origine amérindienne, fondée par l'explorateur Allemand Enhinger au tout début du XVI° siècle, était assez loin des préoccupations couronnées pour héberger tout ce que le monde faisait de marginal. Ici même les prêtres avaient quelque chose à fuir et à cacher... C'est ainsi que le Vénitien avait depuis son exil dans les Caraïbes choisi ce lieu reculé et non convoité, parfois même délaissé, pour établir sûrement ses domaines et garantir ses intérêts. Et le Vénézuella ne désignait-il pas une petite Vénise en espagnole ? De quoi attirer ce Corsaires renégat fuyant toutes les repressions de l'Europe mais rêvant cependant d'un nouveau monde qui aurait intégré le meilleur de l'ancien... Du moins la façon totalement subjective dont ce ladre envisageait le meilleur...

De loin, des flambeaux semblaient danser sur la colline du Vénitien... A mesure que l'on s'approchait de la fête, la musique se faisait intense et puissante... Quelques éclats de rires, morceaux de conversations sérieuses ou rieuses s'échappaient par bribes... Rien ne pouvait à ce stade distinguer cette fête de toutes les autres festivités mondaines de ce temps...

Quand il parvint devant l'entrée de la propriété, Sieur Sigondin De La Galantrouse, noble ruiné qui tenait un domaine voisin, se repoudra pathétiquement le visage. Il fut étonné de voir s'enfuir en courrant un jeune froluquet Galois qui hurlait : "CECI N'EST PAS UN BAL MASQUE !!! CECI N'EST PAS UN BAL MASQUE !!!"


- Nom de code, demanda fermement l'un des gardes, à l'entrée...

- Bien... C'est à dire que... Oui... Oui en effet...

Le noble déballa le contenu de ses poches et entre quelques piastres et un mouchoir sec, il trouva une petite note.

- Fi... Fidelio ?

- C'est bon, entrez...


A peine pénètrait-on l'enceinte de la villa que le spectacle prenait une autre dimension.

Certes, des gens biens mis donnaient conférences aux buffets, certes l'on discutait, l'on riait, l'on picorait des amuses-gueules... mais l'on ne pouvait en rien ignorer la présence de jeunes et accortes donzelles dénudées, secondées de jeunes éphèbes non plus vêtus, pour s'occuper du service.

Sous les flambeaux surplombant des rangées de divans, certains invités buvaient allongés. Certains dévêtus aux bras de Dames ou même d'autres hommes. Quelques hyspaniques nobliales d'âge mûr se pâmaient, agitant leurs éventails, dans les bras de jeunes valets entreprenants... D'autres seuls avec un godet de grappa dans une main et une pipe d'herbe dans l'autre. Certain semblaient même déjà en transe, mimant nus quelques danses amérindiennes devant l'orchestre.


C'est alors que le Vénitien apparut au balcon.

- Mes amis ! Mes amis ! Je suis ému et touché de vous voir si nombreux pour répondre à mon invitation ! Ce soir, nous célèbrerons l'amour et la paix universels décrétés par le Grand Architecte ! Plus ici de différences, hommes, femmes, blancs, noirs, rouges, animaux, nobliaux, espagnols, portugais, Germains, Vénitiens, Hollandoys, Angloys, ou autres, tous seront hommes et femmes de paix et d'amour ! Ne placez de limite à la liberté que si par la vôtre celle d'autrui est menacée ! Soyez respectueux. Que cette fête commence. Le Vénitien vous aime. Que Dionysos bénisse vos Os !

Le vénitien se tourna vers ses hommes et fit un geste de la main... C'est alors que l'on amena la grande cage dont le contenu était masqué par des rideaux de soie vénitienne au centre des jardins qui accueillaient la fête.

De toute part, les gens s'amusaient... Le vénitien semblait soucieux.

_________________
Le vénitien vous aime.
___________________________________________________________
 study  2 bouteille  Par la Sainte Grappa, que Dionysos bénisse vos Os !2 bouteille  study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.treviz.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Orgie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Orgie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orgie de QT a Londres en Aout
» Drazhar + Klaivex avec orgie de sang
» Une orgie dans la brousse
» Grosse Orgie OracleXXGuerrier
» [HRP]Proposition d'RP.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grappa :: Pont Supérieur :: L'Hacienda-
Sauter vers: