La Grappa

Amitié Fraternité Grappa
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Once Upon a Time in Maracaïbo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bram Hawkins
Et pour quelques piastres...
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 30
Nationalité : Pirate
Date d'inscription : 25/12/2006

MessageSujet: Once Upon a Time in Maracaïbo   Jeu 28 Déc 2006 - 13:36

Deux hommes entrèrent au repaire des passagers du récif, visiblement peu familiers des lieux… Tous les regards se braquèrent sur eux et les conversations s’éteignirent aussitôt.
Impassiblement, les deux gaillards prirent le temps d'étudier la salle... L’un d’eux lâcha même entre ses dents un sifflement admiratif, signe que l’endroit lui plaisait vivement.
Puis, toujours sous l’œil interrogateur de la foule, il prit la parole d’une voix reconnaissable entre mille, à la fois douce et assurée.
Un détail cependant frappa les quelques spectateurs qui le connaissaient : son regard semblait encore plus que de coutume perdu dans le vague, et visiblement, il n’y avait pas que l’alcool qui parcourait alors son sang…

« Amis passagers ! Mon nom est Bram Hawkins, membre de la confrérie pirate "Et pour quelques piastres de plus…"
Je ne suis ni un chef, ni un ambassadeur quelconque, le Diable m’en est témoin. Je ne suis pas non plus venu ici pour négocier quelque chose avec vous..
Nous autres piastreux, en gens d’excès, repoussons en effet depuis toujours tout compromis avec les autres flibustiers… La diplomatie n’est-elle pas si inutile et tacite entre vrais amis, et si duplice et hypocrite entre adversaires ? »


Il conservait assez de lucidité pour s’apercevoir qu’il dérivait de son sujet. Il se reprit :

« Mais baste ! Je me suis éloigné je ne sais trop comment de ce que j’ai à vous dire.
Je vous parlerais donc ici, disais-je, en simple pirate, sympathisant à votre communauté et à pas mal de vos valeurs, en ami et ancien compagnon pour certains d’entre vous…
J’aimerais en fait clarifier quelque peu nos relations… »


Il marqua une brève pose et reprit :

« Je vous sais autonomes et libres de toutes attaches politiques, ce qui m’est réellement sympathique. Malheureusement, il semblerait que votre liberté se prend aux détriments de nous autres pirates, comme le montre votre récente conquête de Maracaibo et la bataille que vous livrez face à la Rive Sud en ce moment – pour Gibraltar ?
Certes, les onze captures de villes que vous avez effectuées ont diablement bien équilibré le rapport de force nationale aux Caraïbes, mais en enfonçant toujours un peu plus notre cause…
Les pirates n’ont maintenant plus que cinq villes et j’enrage, moi qui souhaite si fermement voir l’ensemble des Caraïbes sous le fier drapeau noir - voire sans drapeau du tout…

Il y a néanmoins divers détails qui me désappointent – et qui m’empêchent de vous considérez comme une alliance anti-pirate du même acabit que les actuels FDLC…
Tout d’abord, je sais que certains d’entre vous sont d’anciens pirates et ont toujours conservé une forte sympathie pour la révolte que nous menons. J’ai toute confiance en ces personnes et je ne les vois pas tenter d’abattre notre cause.
En outre, je n’ai oublié l’aide que certains passagers nous ont porté à Sainto Domingo ou plus récemment à Gibraltar.
Et enfin, certaines de vos valeurs sont si proches des nôtres que je ne peux me résoudre à penser que vous souhaitiez notre perte …
Ce dernier point n’est d’ailleurs pas forcément exact. Les Frères de la côte, nos plus féroces adversaires, partagent bien des valeurs avec nous autres pirates... et sont sans doute bien plus proches de nous qu’ils ne le voudraient...

Bref, par conséquent, j’aimerais savoir quelle est votre position sur la piraterie. Je ne vous demande pas d’en changer, mais de me l’exposer, afin que je puisse savoir si nous serons à terme contraint de nous affronter, ou si, comme je le souhaite, nous pourrons conserver cette sympathie mutuelle et tacite qui nous unissait jusque là.

Et si je parle d’affrontement, ce n’est bien sûr pas pour vous menacer, mais pour préserver l’honnêteté que nous nous devons tous : prétendre pouvoir rester en bons termes tout en luttant pour des causes antagonistes serait la pire des hypocrisies, surtout venant de ma part. Je suis et serais toujours du côté des pirates et ai promis de me livrer corps et âme à une guerre totale face à ceux qui souhaiteraient détruire délibérément notre cause… Voilà ce que me dit ma conscience - et je me suis juré de l’écouter jusqu’au bout !»


Hrp : le 2e homme est Mc Skorley, qui devrait s'inscrire prochainement...


Dernière édition par le Ven 29 Déc 2006 - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Obsidian
Ghost Squadron


Nombre de messages : 261
Navyre : Charybde
Nationalité : la seule qui le mérite : Française
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Jeu 28 Déc 2006 - 19:17

Obsidian, entouré de ses hommes était atablé non loin de là.
"Charybde!! puisse-t-ellevogue plus que Scy..."

Lorsqu'un homme, pas moins aviné que lui et qui déblattérait déjà depuis quelques secondes, l'interrompit à ne pas vouloir s'arrêter. Le capitaine de la toute nouvelle Charybde s'arrêta donc, se tourna en faisant plusd'un tour, et se mit à écouter.

lorsqu'il eut finit, Obsidian se leva, tituba quelques peu, et, la main droite serrant son verre et la gauche le soutenant à une table, s'écria :

"Mais cher capitaine... Houp pardon... Sachez qu'il serait bien difficile pour moi de répondre pour tout l'monde puisqu'en faites, on n'est d'accord sur RRRRIEN, et c'est bien ça qui nous unis!!
Regardez moi par exemple! Fervent défenseur des intérêts du roy de France, je me retrouve honnis par mes pairs et en compagnie de mes mécréants deconfrères prêts à tout pour défendre, l'Angleterre ou pire! PIRE!! L'Espagne!!
" il fit une moue dédaigneuse qui fut, sans doute, due au haut-le-coeur qui suivit.

"Je disais donc. Ne cherchez point ce que vous ne pourriez trouver, c'est à dire un but commun et précis. Nous voulons l'équilibre des nations. que cela soit clair. Et cela signifie donc que, pour moi, nos objectifs nous pousserons un jour snas doute, au combat! Puisque vous voulez l'hégémonie pirates, ce qui, je vous l'assure, ne se fera pas de mon vivant, ou alors,contre mon gré!
Mais! Mais... Et je pèse mon mot! Nous, dans notre ensemble encore une fois... et ... On est bien à terre? ... Que disais-je? Ah oui, Nous, pour autant que je le sache, n'avons rien contre les pirates. Sauf quand ceux-ci, tels les Rives sud, Je leur lève mon verre : qu'ils soient remerciés!sauf donc, quand ces pirates nous prennent pour des marins d'eau douce tout juste bons à prendre leurs coups de canons à leur place!
Ils nous traitent de malhonnête mais ne connaissent pas la définition de ce mot!

il reprend un peu de son aplomb, et l'on pourrait se demander s'il est vraiment ivre.. Avant qu'un pas de travers tout juste rattrapé ne laisse plus de doute à ce sujet
Sachez que ces "fiers" pirates cherchent par tout les moyens et parmi toutes les confréries à nous faire des ennemis.
Donc, tentant de s'allier à des confréries que je qualifierai de métropolitaines, je doute qu'on puisse réellement traiter ces va-nu-pieds de pirates. Aussi, et si vous me suivez jusqu'au bout, vous comprendrez que vous n'avez pas à craindre de nous (enfin, selon moi toujours), si vous ne vous basez que sur notre affrontement avec les Rive Sud.

A EUX!! Vive la Charybde!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Van Heemskerk
Loyaux Hollandais
avatar

Nombre de messages : 205
Age : 28
Navyre : Lindwurm
Nationalité : Hollandais
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Jeu 28 Déc 2006 - 20:01

Jacob s’était tu à l’entrée de Bram et de son acolyte, et avait écouté son discour avec attention. Après l’intervention du capitaine Obsidian, Jacob se mit à parler :
Salut à toi et à ton compagnon cher Bram ! Quel plaisir de te revoir ! Je vois que tu as fait du chemin après ton départ de la Cour des Miracles, je m’en réjouis!
Montrant aux deux invités les lieux.
Cet endroit vous plaît ? Notre navire amiral... Construit à la demande de notre ambassadeur, Alan Donaldson.

J’ai compris qu'en dehors d’une visite d’ami, vous êtes également venu ici pour comprendre notre point de vue politique sur les pirates… Aaah… la politique ; chose assez compliqué à expliquer à la vue de notre idéal ! Je pense que ceci ne peut être éclairci que par l’un de nos Grand Maître de la confrérie, mais je peux toujours vous exposer mon avis personnel ; avis qui n’engage que moi...

Je vous conseille de ne pas vous baser sur les dires de la confrérie Rive Sud, comme l’a évoqué Obsidian... Certes c’est une confrérie pirate et sans doute une allié de la votre, mais leur cas est assez... Spécial. Je pense que la perte d’un de leur Vaisseau trois Ponts a du les rendre hostile envers les Passagers, mais il faut qu’ils sachent que nous continuerons à les aimer, car ils ont été redoutable durant les combats que nous avons mené contre – ou avec – eux... Bref, je ne vais pas m’attarder sur les Rives Sud, revenons sur mon avis.

Avec le nombre total de ports que nous avons conquis, je ne compte que 2 ports pirates ; bientôt 3 puisque nous comptons reprendre Gibraltar (car si ce n’est pas nous, ce sera les Cymry...), et donc vous pouvez constater que nous ne sommes pour le moment pas tourné vers la chasse aux pirates. Je n’ai pas de haine envers la piraterie, ne diverge avec les corsaires que le pirate ne sert aucune nation. La piraterie rend officiel le choix d’un corsaire de servir son seul profit. Je reste donc neutre avec les pirates, tant que ceux ci restent loin de mon chemin et des navires de ma nation.
Pour conclure, comme Obsidian l’a dit, si vous espérez l’hégémonie pirate aux Caraïbes, il est sûr que nous devrons un jour ou l’autre croiser le fer... Mais ce jour n’est pas encore arrivé ! Ha ha ha !

Venez donc par ici, et attendons l’arrivée d’un représentant des Passagers autour de 3 verres de grappa ! Excusez-moi Obsidian, 4 verres ! Hum... Vous aimez la grappa, n’est-ce pas ?

Jacob sorti une bouteille de grappa et commenca à servir quelques verres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Smith
Grand Maistre
avatar

Nombre de messages : 1557
Age : 32
Navyre : chaloupe de dépanage / je suis chez MMA 0 traca 0 blabla
Nationalité : Pirate, techniquement parlant pas encore, mais pirate quand même!
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Jeu 28 Déc 2006 - 20:14

Le capitaine Adam Smith entrant dans dans lieu pour y attendre Ghys Lane, arriva au beau milieu du monologue de son frère Jacob Van Heemskerk, se rapprocha de la table de l'équipage du capitaine Obsidian. Une fois informé de se qui se tramé et son frère ayant terminé, il pris la parole:
Les Rive sud on voulu nous envoyer au casse pipe a leur face au preneur de port, nous ne somme pas si crédule que sa! et puis voir des pyrates avec 2 vaisseaux trois ponts cela ne nous enchanté guerre! Il nous fallais remédier a cela. Et puis leurs tentative de monter les autres confréries contre nous c'est la goutte de grappa qui fait déborder la chope!

S'assayant a la table de ses compagnons:

Une chope de plus, je n'ai jamais eu l'occasion de trinquer avec un pyrate! Et il me faut me changer les idées, mon navire me manque.

_________________
Sawko, sawko, ye t'encoul!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan Donaldson
Ghost Squadron
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 40
Navyre : Thétys - Frégate
Nationalité : Angloys
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Jeu 28 Déc 2006 - 20:30

On parle de grappa?

L'homme qui était ainsi intervenu entrait tout juste. Il accrocha son manteau rouge à l'entrée et s'avança, vêtu d'une simple chemise blanche et d'un pantalon corsaire, tous deux amples, laissant toute liberté de mouvements. Un sourire ravi sur le visage, il s'approcha des visiteurs, retenant au passage le capitaine Obsidian qui s'apprêtait à s'asseoir à côté de sa chaise.

Capitaines Hawkins et Mc Skorley, soyez les bienvenus chez nous!

Se tournant vers le tavernier :

Patron! Amène donc ta meilleure bouteille de grappa invecchiate pour ces messieurs!

Le capitaine Donaldson salua de la tête ses compagnons, alla s'asseoir avec les cinq hommes et attendit que le tavernier vienne remplir les verres avant de reprendre la parole...

Vous ne me connaissez pas directement, aussi vais-je commencer par me présenter. Je m'appelle Alan Donaldson et suis l'ambassadeur de cette confrérie. Je vous connais de nom et de réputation... en grande partie sortie de la bouche du Vénitien, il faut bien dire...

Un rire secoua les capitaines attablés...

Comme vous pouvez l'imaginer, notre confrérie est perçue de nombreuses manières différentes. Hollandais pour les uns, pyrates pour les autres, inutiles, sans ambition, ... J'ai déjà entendu tout cela. Ces brigands sans envergure que sont les Rive Sud nous ont même qualifiés de traîtres... Ce qui venant de leur part m'amuse beaucoup, je dois dire...

Alan but un peu, il semblait déguster chaque arôme de la liqueur.

Le problème, dans ce monde, et je pense que vous en conviendrez, c'est que les nations du Vieux Monde s'échinent à vouloir tout contrôler. Mais ici, en ces mers, ce sont aux marins comme vous et moi, comme tous ceux là (il fait un geste du bras désignant toute la salle) ce sont à nous tous de diriger nos vies. Ici, en Caraïbes, nous sommes libres, sans entraves, sans maîtres, sans ordres à recevoir. De quiconque.

Le sourire d'Alan s'effaça. Il regarda le capitaine Hawkins droits dans les yeux.

Mais ça ne fait pas de nous des pyrates. Ce n'est pas parce que nous sommes libres que nous avons oublié nos origines, renié nos père et mère, notre patrie. Les Passagers du Récif ne sont pas en dehors des nations. Nous sommes toutes les nations. En cela, nous ne saurions tolérer, collectivement du moins, l'extension de la pyraterie telle qu'elle existe à l'heure actuelle. Car pour quelques capitaines d'honneur, qui croient réellement en cet idéal de liberté utopique, combien de pyrates ne se servent de ce même idéal que comme prétexte à tous types d'exactions dont la bassesse n'a d'égal que la facilité?

Bien entendu, nous savons reconnaître la valeur d'un homme et même si cela n'a pas toujours été le cas, j'ai moi-même un profond respect pour certains des vôtres.


Alan finit son verre d'un trait, grimaça, se resservit.

Donc non, capitaines, nous ne sommes point vos ennemis. Mais que les pyrates ne s'attendent pas à notre soutien inconditionnel non plus. Rien n'interdirait une entraide ponctuelle contre un ennemi commun, comme cela fut le cas avec Ebecott la diablesse il y a peu, mais ça n'ira jamais plus loin.

Le visage de Donaldson s'éclaira de nouveau.

En attendant, capitaines, puisque nous avons la joie de vous avoir parmi nous, trinquons! A la liberté!

Il vida son verre et le lança en riant par dessus son épaule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lasauceauxjeux.com
pietro-luigi de treviso
Le Vénitien
avatar

Nombre de messages : 7425
Age : 46
Navyre : Une Tartane. Jamais la même.
Nationalité : Vénitienne.
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Jeu 28 Déc 2006 - 23:54

Il entra dans toute sa superbe, ridicule en diable, démeusuré et fou. Le Vénitien avait cependant omis un détail important dans son entrée triomphale... Il avait marché sur une crote de chien... Un purulent étron qui empestait à deux milles à la ronde... Maugréant, il frappa le talon de son pied gauche croté et se débarassa tant bien que mal du malheureux étron, avec la grâce d'une précieuse...

- FOUTRE DIEU ! Que je suis heureux de te recevoir en ces lieu, FRERE CAMARADE HAWKINS ! Non ! NON ET RE-NON ! JAMAIS, Frères Hawkins et Mc Skorley, vous ne serez NOS ennemis ! Dionysos m'en soit témoin et qu'il me frappe de son couroux si je dévie ! Et tu connais mes raisons... Que dis-je NOS raisons car je crois pouvoir parler, tout comme mon frère Donaldson, au nom de nostre confrérie...

Il s'approcha d'Hawkins et lui donna l'acolade puis il réclama sa ration de Grappa... S'umectant les lèvres de la gnosle, il reprit plus posément.

- Il me faut, afin de clarifier toute chose, te réexpliquer ce qu'a d'ailleurs très bien expliqué Alan... A ma manière...

Tout d'abord, je ne fuis point la cause pirate, tu le sais, lorsque la piraterie revet son idéalisme romantique et révolutionaire ! Certes non !

Cependant, force est de constater que la révolution romantique n'est pas toujours du côté de la piraterie. Malheureusement. Sinon crois-bien, frère, qu'ici, nous serions tous des pirates ! Bien souvent et c'est ce que je déplore, la piraterie revet les formes les plus viles du matérialisme ! Ce que de nouveaux penseurs, en nostre vieux monde, commencent à nommer d'un estrange néologisme : capitalisme... A savoir, n'avoir, en cette vie que l'enrichissement matériel pour unique et supreme but... Cela, vois-tu, Brams, nous le réprouvons.

Nous réprouvons ces NON-valeurs fondées sur de vils instincts de pouvoirs et d'acumulation. Malheureusement, encore une fois, force est de constater, et la vieille Horde au Drapeau Noir en fut témoin, que ce penchant vil est de plus en plus répendu en piraterie... Feue La Camille le dirait bien s'il elle était encore de ce monde... L'idéal de la grande Horde au Drapeau noir fut mise à mal, en son temps, à cause de ce penchant de certains pirates... Et la Camille en fit d'ailleurs les frais à l'époque. Mais pas qu'elle... Moi aussi et bien d'austres... Sans doute même nostre cher Alan. L'échec de la Horde était là, Brams... Dans ce penchant de certains pirates pour ce vil instinct qui fait d'eux des couronnés à la place des couronnés ! Des cruels despotes à la place des cruels despotes... C'est constre cette piraterie là, vois-tu, que nous lutons ! Pas constre ton idéalisme ! Loin de là ! Puisque nous le partageons, Foutre Dieu !


Il se racla la gorge et enchaina...

- Nostre Confrérie est Anti-nationaliste, en ce sens qu'elle est internationale. Elle déplore ces confréries exclusivement Françoyses, Angloyse ou Hyspagnoles qui n'oeuvrent que pour leur roy, et focalisent leur haine irationelle autant que stupide pour tout ce qui n'est pas de sa nation...

Nostre Confrérie, au contraire, lutte constre les replis identitaires, en essayant de faire vivre ensemble diverses nations ! Chacun coopère pour cette vision fort peu commune mais qui à nos yeux est une vision d'avenir. Nostre lutte, en ce sens, en ce cadre, est ROMANTIQUE. Nous combattons au nom de la seule valeur qui a nos yeux mérite qu'on se batte : LA FRATERNITE.

Lorsque nous prenons une ville, nous la remettons dans un souci d'équilibre des forces en présence aux Caraïbes.

Nous sommes certes peut-être des Utopistes, tous différents, mais tous complémentaire et surtout, Brams, surtout, TOUS FRERES ET SOEURS. Telle est nostre force ! Que ce soit Alan ou Adam les Angloys, Obsidian le Françoys, Van Hemskerk le Hollandoys, Mary Lane, l'hyspagnole, pour ne citer qu'eux, et vostre Vénitien Fou, nous sommes tous des frères et nous laissons de côté nos nationalités... Nous abandonnons les querelles de nos roy qui ne nous regardent pas, tout en rêvant d'une union de nations, justement, sans despotes, ou le peuple même est la Noblesse... Ne considérant nos nationalités que comme des richesses à apporter au Bien Commun International !


Il s'interrompit, presque surpris par le silence et l'attention de tous les frères ici présents...

- C'est cela voyez-vous, Bram, Mac Skorley, nostre message ! Car à la question : MAIS QUI ETES-VOUS ? C'est la seule et plus sincère réponse qu'en nostre coeur, nous puissions trouver...

Il fixa amicalement Brams. Treviso appréciait ce jeune homme. Il savait que sa relève serait quoiqu'il arrive assurée, en cette jeunesse idéaliste et véritable.

- Brams, nous ne sommes point vos ennemis ! Jamais nous ne vous porterons dommage ! Dionysos m'en soit témoin, Foutredieu ! Et qu'il me maudisse si je dévie !

Nous sommes ennemis des nationalistes forcenés et des pirates matérialistes !

Au fond, nous portons le même idéal ! Nostre folie est de croire qu'un jour, d'ici, en restant au coeur de nos nations respectives, mais tous unis, nous saurons rétablir une paix durable en nostre vieux monde... et surtout, surtout Brams, que nous saurons cultiver, dans le coeur de tous les hommes, les germes d'une révolution romantique qui offrira un avenir aux peuples affamés, martyrisés d'Europe...

Vous préférez, vous, idéalistes pirates, créer un modèle de toute pièce, une nouvelle respublique, en quelque sorte. Je n'y suis pas opposé de fait... Mais nous souhaitons, nous, changer ce qui existe déjà...

Finalement, au delà de tout cela, nostre but est le même. Nous sommes des rêveurs utopiques en quête d'un monde fraternel où poser nos Os, en paix, avec la bénédiction de Dionysos...


L'évocation de Dionysos suffit au Vénitien pour lui donner soif...

- Et maintenant frères, soeurs du Vénitiens ! BUVONS A NOSTRE ROMANTIQUE ET FRATERNELLE REVOLUTION ! A vous ! Le Vénitien vous aime !

_________________
Le vénitien vous aime.
___________________________________________________________
 study  2 bouteille  Par la Sainte Grappa, que Dionysos bénisse vos Os !2 bouteille  study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.treviz.net
Alan Donaldson
Ghost Squadron
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 40
Navyre : Thétys - Frégate
Nationalité : Angloys
Date d'inscription : 23/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Ven 29 Déc 2006 - 22:22

Et nous aimons le Vénitien!

Alan vida son verre et s'apprêtait à se resservir lorsqu'un jeune mousse s'approcha et lui glissa quelques mots à l'oreille.

Oh, c'est vrai. Merci Tim.

S'adressant à la tablée :

Messieurs, des affaires urgentes m'appellent, il me faut vous quitter. Croyez bien, messires, que ce fut pour moi un plaisir que de vous rencontrer enfin.

Après un dernier signe de tête, il se leva et quitta la salle par une porte du fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lasauceauxjeux.com
Bram Hawkins
Et pour quelques piastres...
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 30
Nationalité : Pirate
Date d'inscription : 25/12/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Sam 30 Déc 2006 - 1:33

Après le départ d'Alan, tous les capitaines marquèrent un léger temps de silence, visiblement pensifs... Bram le rompit finalement, après qu’il eut écouté chacun avec attention :

" Tonnerre ! Ca m’semble bien dur de vous répondre à tous…J’vais essayer de faire de mon mieux…

Obsidian, tu veux l’équilibre aux Caraïbes ? C’est sans doute ce que je rejette le plus ! Que crève l’ abcès !
Vivre « en équilibre » dans un monde où quatre ou cinq crapules de droit divin se partagent le monde et les consciences ? Très peu pour moi…
Ces maudites « lois divines » n’ont de toutes façons pas plus de légitimités à mes yeux que n’importe quelle loi qu’on m’impose... Et s’il s’avère que Dieu est dans leur camp, j’irais sans regret dans celui du Diable… Plutôt damner cents fois mon âme que d’accepter ça ! Non ! Cents fois non ! Point d’équilibre en ce qui me concerne : mais la confrontation ! C’est définitivement Eux ou moi !

Jacob, je crois pas non plus que les pirates ne servent que leurs intérêts. J’ai comme l’impression qu’embrasser une carrière de corsaire est hautement plus profitable. Les pirates sont honnis, pourchassés, condamnés, maudits et souvent pauvres… Vois-tu de l’opportunisme dans un tel choix ?

Adam, tu fulmines contre la sulfureuse Rive Sud. Ca va me donner l’occasion d’en parler un peu. Car Dieu sait comme les relations de nos deux confréries ont été tendues par le passé...
Je leur reprochais alors leur conception de la piraterie : d’avoir libéré un territoire, non pour la cause pirate mais pour servir leurs intérêts multinationaux, et de le dominer à l’instar des rois. En somme de n’être qu'une poignée de petits tyrans reproduisant les forfaitures des rois européens…
Ils m’avaient d’ailleurs menacé et demandé des garantis, après que j’eusse abordé l’un d’eux qui m’avait sommé, au son du canon, de ne pas m’attarder là-bas.
Ma réponse à leurs menaces fut celle-là :


Citation :
HAHAHA ! C'est une plaisanterie n'est-ce pas ?
Allons... j'espère que ta missive n'est qu'un simple test pour voir si la nouvelle génération de pirates en a dans le ventre !
Non ?

Bon ! Alors écoutes ça l'ami - et mets bien ma réponse au fond de ta caboche :

Tu penses que je vais plier à des contraintes... ET BIEN NON !

J'enrage !!! Que quelqu'un puisse encore croire que le pragmatisme passe avant mes idées !

NON, personne ne me dira où aller...Personne. Pas plus toi que ces rats de cales de gouverneurs.

NON, je négocierais pas - non pas que je ne suis en position de le faire, mais j'en refuse l'idée même !

ET NON je ne vous surestime pas : une guerre avec vous serait perdue d'avance. Je ne le sais que trop bien...

MAIS BASTE !!! Je suis en guerre contre trois rois, contre une pléthore de corsaires, contre la camarde qui me guette... et contre la réalité même parfois ! Alors si tes 14 amis veulent me faire la peau, qu'ils viennent... Je ne pourrais hélas pas l'éviter par des moyens satisfaisants.

Voilà ce que me dit ma conscience à moi, et je ne tiens pas à m'en écarter ! Nous ne sommes qu'une poignée, et c'est peut-être pour ça que je trouve cela si beau...
Appelles cela comme tu veux : courage, fierté, dogmatisme, folie, démence, inconscience, fanatisme...
Mais de grâce ! De grâce ! Respecte je t'en prie les idéalistes que nous sommes et ne nous proposes plus JAMAIS pareils propositions !

Sache aussi que le temps m'est diablement compté ! Je souhaite vraiment soulever les caraïbes d'un flot révolutionnaire et je crains de ne pas vivre assez vieux pour le voir... En m'opposant à Rive Sud, j'ai l'amère impression de faire marche arrière. C'est la seule chose qui me retiens en fait...

Alors, sans tenir compte des probables assauts que je subirais demain, j'aimerais vraiment que nous discutions de l'avenir de la piraterie. Si vous doutez de mon engagement après une telle missive, je ne serais sans doute jamais crédible à vos yeux.
Reste que j'ai des doutes quant au votre. La situation actuelle ne vous satisfait-elle point finalement, puisque vous semblez en tirer profit ?
Si je ne fais pas partis des morts de demain, peut-être pourrions nous nous voir à terre pour en discuter ?

Amitiés,
Je partageais vos doutes...
Mais nous avons discuté depuis et j’ai eu leur promesse qu’ils n’agiraient plus jamais contre leurs frères pirates, ni contre la liberté qu’ils prônent. Je ne suis pas rancunier ni suspicieux et je les crois… Je m’estime quitte avec eux depuis lors, car, si nos buts ne sont pas identiques, au moins ne sont-ils pas antagonistes.
J’en veux moins de toutes façons aux individualistes dans leur genre qu’aux corsaires nationalistes.
Au moins eux assument leurs actes, seuls avec leur conscience, sans besoin d’avoir dans leur camp une morale divine exécrable et hypocrite ou l’aval d’un tyran sanguinaire autoproclamé légitime. Quelque part, et j’en sais quelque choses, il y a un mérite à être haït et décrié par l’ensemble de la société, et je dois admettre que leur insoumission aux normes et aux lois vaut bien la mienne. Et même si leur seul motivation reste l’or, je ne peux m’empêcher de les respecter pour cela.


Comme Alan le soulignait, oui, je le confesse j’ai renié ma nation ! Mais de grâce, n'allez pas croire que j’ai renié ma mère – dans le cas de mon père, je n’ai pu, il m’a devancé !
J’ai renié ma patrie et je renie l’ensemble des patries au passage ! Car elles ne sont rien. Ou plutôt si… D’infects mensonges, d’abominables inventions humaines devenues lois légitimes sous le poids de la force et de l’habitude. Un partage de la terre et des hommes entre les crapules qui prétendent nous gouverner.
J’en maudis le principe même. Et qu’on ne vienne pas me parler de « sentiments nationaux » ! Ici comme ailleurs, seul le pouvoir oppresseur de ces foutus rois entretient un semblant d’unité.


Treviso, définitivement tu es du même tonneau que les sages… Je retrouve à t’entendre ce qui m’a tant plus à la Cour des miracles. Nous sommes d’accord sur le fond – mais uniquement sur le fond.
Saches que je déplore aussi le matérialisme de la piraterie. Oui beaucoup de pirates n’ont pas de valeurs si ce n’est la recherche de l’or et du pouvoir. Mais je crois – dans un optimiste forcené peut-être ? - que ce n’est qu’une simple conséquence de l’oppression qu’ils ont subi. Je ne me résoudrais jamais à croire que ces hommes sont mauvais par nature. Et Il est clair pour moi que les exactions qu’ils commettent ne sont que l’écho de leur propre désespoir.
La frontière entre le monstre et l’idéaliste est ténue et j’ai l’espoir de redonner à ces pirates une vraie cause. Et tans pis s’il s’avère que je me suis trompé ; au moins me serais-je un instant laissé griser par la beauté de cette utopie…"


Il s’adressa ensuite à l’ensemble des capitaines :

"Passagers, vous considérez donc la piraterie comme dévoyée ? Mais elle est ce que l’on en fait ! Et uniquement ! Si seule sa forme actuelle vous déplaît, venez donc la changer ! Venez donc la guider ! Elle n’est rien de plus qu’un affranchissement total. Et son Jolly Roger, si déprécié, rien d’autre qu’un magnifique bras d’honneur adressé aux tyrans…

Ce n’est pas en équilibrant les forces en présence ou en servant une quelconque nation en tant que corsaire que le monde changera. Encore moins en arrachant des villes à la liberté qu’elles avaient acquise… La paix ainsi gagnée ne sera que du conservatisme, acquise pour les princes.

Votre confrérie prouve s’il en est besoin que les nations n’ont pas lieux d’être, que la fraternité n’a pas de frontières que celles que certains pécores ont voulu dressé entre nous.
Pour moi, à entendre certains d’entre vous, vous êtes des pirates…


Il sourit comme s’il avait adressé là le plus beau compliment et conclut finalement :

Je reconnais par conséquent qu’il serait malheureux de s’entredéchirer. Mais – et je le déplore - la forme, dans les guerres que nous menons ici aux Caraïbes, importe souvent bien plus que le fond..."

HRP : Je ne pourrais pas répondre au sujet avant quelques jours… Donc j’ai essayé de faire complet. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pietro-luigi de treviso
Le Vénitien
avatar

Nombre de messages : 7425
Age : 46
Navyre : Une Tartane. Jamais la même.
Nationalité : Vénitienne.
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   Sam 30 Déc 2006 - 2:17

A cette phrase d'Hawkins, Treviso resta rêveur : "j’ai l’espoir de redonner à ces pirates une vraie cause. Et tans pis s’il s’avère que je me suis trompé ; au moins me serais-je un instant laissé griser par la beauté de cette utopie…""

- Hawkins ! Foutre Dieu ! J'ai l'impression qu'ici, en ces lieux, nous sommes en train de créer un véritable parlement ! Au sens Noble du terme ! Quels belles harangues ! Quel beau débat d'idée !

Il leva sont verre...

- FOUTRE DIEU !!! La Révolution Romantique est en marche et elle débute ici ! Faisons-la fraternelle, cette Respublique Sérénissime du Peuple ! Répendons ses idées dans toutes les Caraïbes ! Quelqu'en soit sa forme puisque nous partageons le fond ! Vous les Hawkins et Mc Skorley ! Nous les Passagers du Récif ! Chacun à nostre manière faisons avancer la fraternité ! Plus que jamais, le Vénitien vous Aime !

_________________
Le vénitien vous aime.
___________________________________________________________
 study  2 bouteille  Par la Sainte Grappa, que Dionysos bénisse vos Os !2 bouteille  study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.treviz.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Once Upon a Time in Maracaïbo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Once Upon a Time in Maracaïbo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Los Angeles Clippers Time
» Mahjong Time
» ZELDA The hero of time "le film".
» [ZEN] Time Sieve
» Optic Gun TIME CRISIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Grappa :: Pont Supérieur :: Rencontres en mer-
Sauter vers: